Illusions olfactives

Contrairement aux autres illusions sensorielles, les illusions olfactives résultent d’une disparité entre la réalité objective et son interprétation: « Le sujet sent ce qui ne sent pas – ou presque – ou sent mal ce qui sent. On voit immédiatement que le verbe sentir à plusieurs sens et que sentir est une action du cerveau. En effet, l’objet émetteur sent, mais c’est le cerveau du sujet récepteur qui détecte l’odeur : l’objet qui sent émet simplement un mélange de signaux chimiques, c’est-à-dire un signal odorant. Le terme odeur est aussi polysémique puisqu’il correspond soit au signal émis, soit à la perception. » a écrit Gilles Sicard, chercheur en laboratoire de neurobiologie.

Les illusions olfactives pourraient être simplement des illusions dues à une mauvaise interprétation d’un stimulus au niveau de l’aire de la mémoire, ou à l’absence d’un stimulus… Mais aussi à une pathologie au niveau du système nerveux, ou à un changement des habitudes alimentaires.

Une expérience fut réalisée auprès de deux groupes de cobayes, qui devaient dans deux pièces différentes sentir la même odeur et la deviner :-le premier groupe avait une information positive sur l’odeur à venir, et le second groupe une information négative à son sujet.

Les cobayes du premier groupe ont déterminé une odeur plaisante, mais faible et décroissante à contrario du second groupe qui perçu une odeur forte et pour certains nocive. Cette différence de perception est du à l’information que le cerveau avait avant même de sentir la senteur inconnue: en effet ceci montre le lien entre le cerveau et la perception, celui-ci va tenter d’interpréter les messages olfactifs reçus en fonction de ce qu’il sait déjà, en essayant de ne pas les contredire.

Il existe plusieurs pathologies, qui peuvent provoquer des illusions ou hallucinations olfactives. Tout d’abord il y a les déficiences quantitatives, comme l’anosmie qui est un trouble de l’odorat, se traduisant par une perte ou une forte diminution de l’odorat, ce qui bien souvent entraîne une altération de la perception du goût. Bien souvent les personnes atteintes compensent donc ce manque de goût, en ajoutant du sel, de l’assaisonnement ou de la sauce dans leurs plats. Cette habitude se ressent d’ailleurs ensuite dans leur santé…Cette pathologie est souvent provoquée par une détérioration du nerf olfactif situé sous le lobe olfactif ou même à la suite d’un traumatisme crânien. L’anosmie peut être unilatérale, et peut amener à la dépression, dans 25% à 30% des cas ou à une perte de la libido. L’anosmie peut aussi être spécifique, c’est à dire qu’une personne donnée ne percevra pas une molécule odorante en particulier. Nous sommes tous (ou presque) victimes d’une anosmie spécifique, la plus connue est celle liée à la molécule de l’ambrostenone, qui provoque notamment l’odeur de la sueur, dont 30% de la population mondiale ne percevrait pas l’odeur.

Mais il y a aussi l’hyperosmie, (augmentation des capacités de perceptions olfactives), l’hyposmie (diminution des capacités de perception olfactives, perte de l’odorat partielle), la cacosmie (impression de mauvaise odeur provenant de notre propre corps), la parosmie (perception anormale en présence d’un stimulus), la phantomie ou l’hallunosmie (perception d’odeurs inexistantes)…On appelle normosmie, le fonctionnement normal de l’odorat.

De nombreux autres facteurs peuvent être responsables d’une altération de la perception de l’odorat, comme l’âge. Seulement 10% des personnes ayant un âge antérieur à 65 ans présentent des troubles de l’olfaction (anosmie et hyposmie), contre 30% pour les personnes âgées de plus de 65 ans.  Lorsque l’on vieillit, c’est notamment la baisse de la faculté de renouvellement des récepteurs de la muqueuse olfactive, qui provoque l’altération de la capacité d’olfaction.

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.journaldelascience.fr%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Fimagecache%2Ffull_node%2Fsentir-odeur-nez_0.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.journaldelascience.fr%2Fcerveau%2Farticles%2Flhomme-sait-distinguer-1000-milliards-dodeurs-au-moins-3487&h=402&w=460&tbnid=emCSpLikH2VOBM%3A&docid=Nc5M04JW3rAk-M&ei=h4moVrvyMIupa_OqiZAB&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1131&page=2&start=16&ndsp=24&ved=0ahUKEwj70bHk0snKAhWL1BoKHXNVAhIQrQMIezAe

Mais il existe aussi d’autres facteurs, qui influent sur la différence de perception d’une odeur d’un individu à un autre, comme le sexe de la personne, puisque d’après une étude faite les femmes ont tendance à mieux identifier les odeurs que les hommes, cette différence pourrait être hormonale ou culturelle. Ainsi nous avons tous des récepteurs olfactifs différents, ce qui fait que l’on ne sent pas tous la même chose, malgré le fait que nous avons appris à assimiler une odeur à un nom (par exemple l’odeur de la rose ou du café), et à une intensité différente: certains sentiront une senteur beaucoup plus fortement que d’autres.

⇒Les illusions olfactives sont donc le plus souvent des pathologies entraînant des altérations de la perception des odeurs, mais cela peut tout autant être simplement dans la mauvaise interprétation d’un stimulus ou message nerveux…


Article précédent : Illusions gustatives                                                                  Article suivant : Illusions auditives


 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s